Qui finance la lutte contre les effets du COVID-19 et quelles sont les priorités ?


Depuis le début de 2020, les gouvernements, les donateurs bilatéraux, les institutions multilatérales, les donateurs philanthropiques, les ONG et le secteur privé ont engagé plus de 4,6 milliards de dollars dans la lutte contre le COVID-19. Mais ce chiffre ne représente qu'un prélude à ce qui sera engagé dans les mois à venir.

Une analyse des données sur le financement mondial révèle un total de 245 activités de financement, subventions et opportunités commerciales visant spécifiquement la lutte contre le "COVID-19" ou "coronavirus", selon les annonces de financement publiées entre le 1er janvier et le 24 mars de cette année.

Qui sont les bailleurs de fonds ?

Les gouvernements nationaux soutiennent des initiatives d'une valeur d'au moins 2,9 milliards de dollars, dont un financement d'un milliard de dollars axé sur les impacts négatifs sur l'économie américaine. Le financement gouvernemental est largement axé sur la réponse à la crise sanitaire du COVID-19 ainsi que sur ses impacts économiques. Les initiatives spécifiques à un pays représentent 83 % du total, tandis que les programmes à vocation régionale ou mondiale constituent les 17 % restants.

Les institutions multilatérales soutiennent 65 initiatives pour une valeur connue de 1,1 milliard de dollars. L'Union européenne s'engage à financer 11 initiatives pour une valeur de 1 000 milliards de dollars, dont 41 milliards de dollars pour les coûts des soins de santé liés au coronavirus en Europe orientale et occidentale.

Jusqu'à présent, le financement multilatéral a été réparti équitablement entre les initiatives nationales et multirégionales.

Les bailleurs de fonds bilatéraux ont jusqu'à présent annoncé des investissements ou des contributions dans des initiatives d'une valeur de 594 milliards de dollars, dont la plupart proviennent de la KfW (Kreditanstalt für Wiederaufbau) pour protéger l'économie allemande des effets du nouveau coronavirus. En termes d'empreinte géographique, l'Asie et l'Afrique sont au centre des préoccupations.

L'Agence américaine pour le développement international soutient un total de 13 initiatives d'une valeur connue de 126 millions de dollars. Parmi celles-ci, 11 sont spécifiques à un pays, dont 2 millions de dollars de soutien au Cambodge et 1,8 million de dollars de soutien au Népal et à l'Éthiopie.

Pour sa part, le ministère britannique du développement international a jusqu'à présent annoncé trois initiatives de soutien global, d'une valeur connue de 30 millions de dollars.

Les organisations non gouvernementales et les organisations de la société civile soutiennent des initiatives d'une valeur de 165 millions de dollars axées sur l'Afrique, notamment des initiatives visant à renforcer la recherche. Mais la réponse au COVID-19 est le principal centre d'intérêt de ce secteur.

Les donateurs philanthropiques ont annoncé 36 initiatives d'une valeur connue de 1,3 milliard de dollars. Les programmes de réponse mondiale sont au centre de l'attention, suivis par le soutien à l'Afrique. Pour les vaccins et les traitements, ce secteur soutient des programmes d'une valeur de 343 millions de dollars, dont 125 millions de dollars pour soutenir le développement de traitements financés par la Fondation Bill & Melinda Gates, le Wellcome Trust et le Mastercard Impact Fund.

Le secteur privé soutient un total de 47 initiatives d'une valeur connue de 2,3 milliards de dollars, dont 37 sont axées sur les pays, y compris un investissement d'un million de dollars par Rio Tinto pour lutter contre l'épidémie en Chine.